Carnosine et activité antitoxique

Il a été démontré que la carnosine administrée à des animaux de laboratoire protège contre les substances toxiques telles que le cyclophosphamide et l’adriamycine, qui sont utilisées comme médicaments cytostatiques dans le traitement des cancers et peuvent provoquer de nombreux effets secondaires. La capacité de la carnosine à réagir avec des aldéhydes nocifs tels que l’hydroxynonénal, le malondialdéhyde, l’acétaldéhyde et le méthylglyoxal peut également contribuer à ses fonctions protectrices. La carnosine peut empêcher l’augmentation des taux de transaminases hépatiques dans le sérum et inhiber l’activité des peroxydes lipidiques sous l’influence de l’éthanol, comme cela a été démontré chez les rats. La consommation incontrôlée d’alcool conduit à un foie gras, qui est une conséquence de la cirrhose ; l’action antioxydante et anti-inflammatoire de la carnosine peut être utile dans le traitement des dommages hépatiques alcooliques chroniques, tout en empêchant le développement d’un foie gras. Les personnes souffrant d’un cancer du poumon et recevant une radiothérapie dans le cadre de leur traitement éprouvent souvent des effets secondaires de ce type de thérapie. La supplémentation en Karnozin Extra chez ces personnes atténue les effets indésirables de cette thérapie.