Carnosine et carbonylation des protéines

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les personnes et les animaux âgés sont-ils visuellement différents des jeunes ?

Si vous souhaitez obtenir la réponse en une phrase, c’est principalement à cause des modifications des protéines dans l’organisme. Les protéines sont des substances qui sont les plus importantes pour le fonctionnement quotidien des organismes vivants. Ainsi, leur modification a un impact dramatique sur la fonction de l’organisme et son apparence. Au cours de la dernière décennie, un certain nombre de projets de recherche se sont concentrés sur l’examen de la modification des protéines, en tant que cause la plus importante du vieillissement et des maladies dégénératives. Ces modifications protéiques (détérioration, modifications de la structure, etc.) sont la conséquence de l’oxydation (effets des radicaux libres) et de glycation.

Notre corps est principalement composé de protéines. Cependant, notre système antioxydant et d’autres processus de protection ne peuvent pas protéger complètement les protéines. Elles risquent d’être influencées par des changements destructeurs tout au long de la vie, en particulier par les radicaux libres, la glycation et le processus appelé carbonylation. En d’autres termes, le groupe carbonyle (> C = 0) se lie à la molécule de protéine (ainsi qu’à la molécule de phospholipide) – ce qui conduit à la destruction de la structure des protéines dans un processus appelé protéolyse. Compte tenu du fait que la carbonylation des protéines se produit avant la perte de l’intégrité de la membrane cellulaire, elle est associée à un processus toxique qui conduit au vieillissement et à la mort de la cellule.

La plupart des processus de modification des protéines, leur dénaturation et leur protéolyse (décomposition) sont causés par l’oxydation (radicaux libres), la carbonylation, la construction de liaisons croisées, la glycation et la création de produits de glycation finale avancée ( AGE ) . Ces processus ne se produisent pas seulement dans les changements généraux liés au vieillissement, mais sont typiques les changements qui se manifestent par le vieillissement cutané, le développement de la cataracte et les processus dégénératifs dans les cellules nerveuses (perte de mémoire, démence, etc.).

De nombreuses études scientifiques indiquent que la carnosine est une substance efficace qui agit contre tous les processus de dénaturation des protéines. La carnosine réagit avec le groupe carbonyle et forme un produit d’addition dit protéine-carbonyl-carnosine, protégeant ainsi la protéine et inversant ce processus en processus de restauration des structures endommagées des protéines.

Karnozin Extra est le produit qui dépasse de manière significative les antioxydants traditionnels tels que la vitamine E et le sélénium, qui ne sont pas aussi efficaces que ce que l’on pensait auparavant.

Les antioxydants traditionnels ont certainement un rôle important dans divers processus d’élimination des radicaux libres, mais n’ont aucun effet sur la glycation et la carbonylation. Il ne fait aucun doute que l’impact des antioxydants est un processus clé de réactions biochimiques qui protège contre les radicaux libres, qui endommagent les structures biologiques. S’attendre à ce que les antioxydants traditionnels protègent contre les processus de glycation et de carbonylation sans retenue, c’est comme essayer de construire toute la maison avec un tournevis – un outil de base certes, mais qui ne peut pas remplacer tous les autres outils importants.

La carnosine est une substance pure et naturelle, polyvalente et universelle, protectrice des protéines, qui a été développée par l’évolution, pour gérer un certain nombre de facteurs associés aux processus de dégradation des protéines. Les réactions chimiques occasionnelles qui perturbent les structures et les fonctions biologiques au cours du vieillissement sont le résultat de l’influence toxique de nombreux éléments internes et fondamentaux de l’organisme – l’oxygène, les sucres, les graisses et les métaux lourds. L’organisme ne peut pas survivre sans ces éléments biochimiques. Récemment, la science de la nutrition nous a fourni des informations pour mieux comprendre leurs effets et mieux les contrôler. Les protéines ne sont pas les seules à être dénaturées par la carbonylation – les phospholipides sont également soumis à la carbonylation. La carbonylation des phospholipides provoque des dommages principalement dans le système nerveux central et périphérique, ce qui conduit à des troubles de la mémoire et de la perception. La carnosine peut protéger les phospholipides contre la carbonylation, et probablement les régénérer (comme c’est le cas avec les protéines), ce n’est donc pas un hasard si ce dipeptide miraculeux est un « neuroprotecteur ». incroyablement important.