Carnosine et effets anti-âge

C’est incroyable qu’une si petite molécule dipeptidique puisse avoir un rôle si important dans le rajeunissement de l’organisme.

Il est intéressant de savoir qu’il y avait une rumeur selon laquelle Boris Eltsine aurait pris pendant longtemps la «super-vitamine russe» – la carnosine, et avait donc l’air 10 ans plus jeune.

Karnozin Extra a la capacité remarquable de rajeunir les cellules en cours du vieillissement, voire même de les rendre entièrement fonctionnelles et saines. Avant de connaître les résultats de la recherche sur la carnosine, on supposait que les vieilles cellules ne pouvaient pas être rajeunies. Des études récentes ont montré que la carnosine augmentait le temps entre les divisions cellulaires, et en même temps augmentait le nombre de ces divisions. Cela signifie que la vie de la cellule est considérablement prolongée, et la corrélation est directe – plus il y a de carnosine, plus la période de temps entre les divisions est augmentée et plus grand est le nombre de divisions.

De nombreuses publications scientifiques ont montré que la carnosine a un grand potentiel dans la lutte contre le vieillissement en raison de sa capacité extraordinaire à protéger et étendre la viabilité fonctionnelle des unités clés qui construisent l’organisme, telles que les cellules, l’ADN et les lipides. La carnosine peut à juste titre être appelée substance de longévité. Étant donné que cette substance est absolument sans danger, elle se trouve naturellement dans l’organisme et l’alimentation, et il a été confirmé qu’elle prolonge la vie des cellules humaines et animales en culture, elle est considérée comme une substance fondamentale pour prolonger la vie. Ses activités antioxydantes, protectrices, chélatantes et anti-glycation contribuent au fonctionnement normal des cellules.

La caractéristique de la carnosine de ralentir le processus de vieillissement n’est pas seulement une conséquence de son action antioxydante. Un autre mécanisme par lequel la carnosine protège les cellules contre le stress oxydatif est sa capacité à construire l’agent chélateur, qui a été expliqué par l’équipe du professeur Bruce N. Ames de l’Université de Berkeley à Los Angeles. Les formations de chélates avec des métaux lourds – tels que le cadmium, le cuivre, le fer, le mercure – empêchent la participation de ces métaux dans les réactions nocives avec les peroxydes.

Les dernières études montrent que les patients qui prennent de la carnosine pendant un certain temps (6 à 12 mois), ont l’air plus jeune qu’avant l’utilisation. Cela confirme les résultats de recherches en laboratoire et d’autres expériences, qui montrent que la carnosine peut régénérer la culture cellulaire et supprimer les signes visibles du vieillissement des organismes vivants (animaux de laboratoire). Au cours de ces recherché la carnosine a considérablement retardé le développement des rides de la peau dans la zone des yeux, la déformation de la colonne vertébrale, qui sont les manifestations typiques du vieillissement. De plus, non seulement les souris ayant reçu de la carnosine paraissaient plus jeunes que celles du groupe de contrôle (sans carnosine), mais elles avaient également une durée de vie 20% plus longue.

Il est possible d’expliquer l’effet anti-âge en comparant l’action de la carnosine pure avec celle des produits obtenus lors de la dégradation de la carnosine dans la circulation sanguine. Ceux-ci apparaissent sous l’action de l’enzyme spécifique, la carnosinase, qui a pour résultat la création d’une accumulation d’histidine et de β-alanine. Pour démontrer cette différence, dans l’expérience on a utilisé la Drosophila melanogaster, qui ne possède pas d’enzymes métabolisant la carnosine. Au cours de ces expériences on a démontré un effet similaire voire même plus fort, de la capacité de la carnosine à maintenir la vie, même en absence de carnosinase. Cela suggère que la carnosine elle-même (pas les produits de sa dégradation enzymatique) a une action évidente de maintien de la vie. En conclusion, l’utilisation de la carnosine, cet agent antioxydant et anti-glycation naturel, peut ouvrir de nouveaux chapitres et de nouvelles stratégies dans la géroprotection moderne.

Les cellules normales vieillissent, et le nombre de leurs divisions cellulaires diminue à mesure qu’elles vieillissent. Le raccourcissement de l’ADN télomérique se produit au cours de chaque division (télomère = complexe d’ADN marginal avec une protéine qui protège les bords des chromosomes). Ce raccourcissement de l’ADN après chaque division, provoque la formation d’un signal de destruction de l’ADN (signal d’endommagement de l’ADN) et à un moment donné l’activation de p53 (une protéine tumorale). Un certains types de chimiothérapie induit ce vieillissement prématuré des cellules cancéreuses, mais aussi des cellules saines. En revanche, la carnosine a une forte capacité à inverser les signes du vieillissement des cellules de la peau (fibroblastes) et à retourner leur fonctionnalité, afin de prolonger leur durée de vie. De tels effets sont typiques de la carnosine et ils sont utilisés pour la prévention de toutes les formes de changements nuisibles dans les molécules de protéines et les phospholipides, mais également pour une limitation significative du raccourcissement de l’ADN télomérique afin de prévenir les dommages à l’ADN. La limite du nombre de divisions cellulaires est appelée limite de Hayflick. C’est le nombre maximal de divisions cellulaires qui se produisent avant sa destruction. La limite de Hayflick se rapporte à la mortalité cellulaire. En fait, la plupart des cellules se régénèrent dès qu’au cours de la division la cellule mère se divise en deux cellules filles. Mais lorsque les cellules atteignent la limite de Hayflick, commence le vieillissement cellulaire.  Ces cellules qui vieillissent sont encore en vie, mais ne sont plus en mesure d’effectuer la division, leur structure et leur fonction sont endommagées.

Les fibroblastes humains sont très appropriés pour la culture et la recherche en laboratoire. Les cultures de fibroblastes âgés ne peuvent pas être remplacées par des cultures plus jeunes, qui sont assez alignées et forment des groupes de fibres parallèles. En revanche, les fibroblastes âgés sont granuleux, de tailles différentes, non groupés et leurs fibres sont irrégulières et de tailles différentes – ils perdent la capacité de construire la forme régulière. Ces caractéristiques importantes des cellules âgées sont appelées phénotype adulte (alors que les cellules jeunes représentent le phénotype juvénile). Sous la direction du médecin McFarland, un scientifique australien, une série remarquable d’expériences a été menée qui ont démontré que la carnosine rajeunissait les cellules vieillissantes. C’est particulièrement intéressant que – quand les cellules vieillissantes ont été mises dans une culture enrichie en carnosine, elles ont montré non seulement des changements phénotypiques de l’adulte vers le juvénile, mais que leur capacité de division a été augmentée. Ces cellules ont une fois de plus prouvé leur capacité à s’organiser, à s’aligner et à construire un groupe organisé de fibres. Quand elles sont remises dans une culture sans carnosine, les signes du vieillissement reviennent rapidement. Lorsque les mêmes cellules sont à nouveau mises dans une culture enrichie en carnosine, elles présentent à nouveau des caractéristiques du phénotype juvénile. Cela a été répété avec les mêmes cellules plusieurs fois et les résultats obtenus étaient toujours les mêmes.  De plus, la carnosine prolonge significativement la vie des cellules âgées. Plus tard, ces expériences ont été confirmées par les scientifiques britanniques dirigés par le Dr Alan Hipkiss.

La carnosine retarde le processus de vieillissement en culture de fibroblastes humains et peut changer le phénotype adulte en phénotype juvénile. Indépendamment des qualités positives des antioxydants pour éliminer les radicaux libres, ils n’ont jamais montré la capacité d’empêcher le vieillissement comme la carnosine. Ce ne sont que des propriétés supplémentaires associées à l’action de la carnosine sur le processus de vieillissement. On Remarque en particulier que la carnosine est capable de réagir avec des groupes carbonyles et de former des polypeptides « carnosinylés » (adduits), qui suppriment le processus de vieillissement et réduisent la formation de protéines endommagées, qui sont typiques de ces processus.

L’effet revitalisant de la carnosine sur les fibroblastes explique également pourquoi la cicatrisation des plaies après une intervention chirurgicale s’est nettement améliorée.

Les cellules âgées produisent également des molécules d’adhésion qui provoquent l’épaississement des parois des vaisseaux sanguins et leur raideur (athérosclérose). Ces cellules âgées produisent d’autres enzymes de dégradation et des cytokines anti-inflammatoires supplémentaires, qui agissent dans des parties éloignées du corps (elles sont transportées par le sang). De cette manière, une quantité relativement faible de cellules âgées entraîne de grands changements dans la fonction et l’intégrité de la peau. Les cellules âgées s’accumulent dans tous les organes et tissus où elles subissent l’apoptose (mort cellulaire programmée) et les processus dégénératif du vieillissement. Qui plus est, le déséquilibre de l’environnement microscopique des cellules par une accumulation de cellules âgées peut être la raison de l’incidence accrue de maladies malignes chez les personnes âgées.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2874395/