Carnosine et la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer (MA) est une maladie lentement progressive du cerveau qui se caractérise par une perte de la mémoire et éventuellement par des troubles du raisonnement, de la planification, du langage et de la perception. La maladie d’Alzheimer est la cause la plus fréquente de démence – un ensemble de troubles du SNC qui causent la perte de capacités intellectuelles et sociales. En principe, dans la maladie d’Alzheimer, les cellules du cerveau dégénèrent et meurent, entrainant un déclin constant de la mémoire et de la fonction mentale.

De nombreux scientifiques pensent que la cause de la maladie d’Alzheimer est l’augmentation de la production et/ou l’accumulation d’une protéine spécifique (la protéine bêta-amyloïde ) dans le cerveau qui entraîne un dysfonctionnement ou la mort des cellules nerveuses. Par ailleurs, certaines études sur cette maladie ont montré une concentration accrue d’ions zinc et cuivre dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Des études expérimentales ont montré que la carnosine peut réduire ou prévenir complètement les dommages cellulaires causés par l’effet toxique de l’amyloïde, une protéine caractéristique de la maladie d’Alzheimer. La β-amyloïde réagit avec certains récepteurs RAGE et provoque des lésions des cellules nerveuses et des artères cérébrales. Karnozin Extra bloque et inhibe l’activité de la β-amyloïde et protège ainsi le tissu nerveux contre le développement de la démence.

De plus, la carnosine protège les cellules du cerveau en neutralisant l’effet d’une substance extrêmement toxique, l’aldéhyde α-β-insaturée de l’acroléine, qui se forme lors de la peroxydation des lipides polyinsaturés. Étant donné que la carnosine combat tous les types d’aldéhydes, cela donne la réponse pourquoi Karnozin Extra est le protecteur universel de la cellule et joue un rôle préventif dans la maladie d’Alzheimer et dans d’autres maladies associées au stress oxydatif.

Les taux de carnosine sont significativement plus bas chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles neurodégénératifs, ce qui indique que, soit la carence en carnosine contribue à la maladie, soit, plus vraisemblablement, que les symptômes de la maladie se manifestent plus lentement en utilisant la carnosine. Dans tous les cas, on peut s’attendre à ce que la supplémentation en carnosine élimine une grande partie de la toxicité cellulaire qui contribue à ces maladies. Les résultats de la recherche sur les animaux et les humains donnent désormais un rôle important à la carnosine dans la prévention de la maladie d’Alzheimer.

La carnosine agit également préventivement sur les mécanismes qui accompagnent la maladie d’Alzheimer. Les ions zinc et cuivre modifient probablement la structure chimique des β-amyloïdes normaux et sont à l’origine de leur toxicité. Ce changement nécessite un environnement légèrement acide pour lier l’ion zinc et / ou le cuivre avec un β-amyloïde. Ces conditions (milieu acide et la concentration accrue d’ions de zinc et de cuivre) sont présentes dans le cadre d’une réaction inflammatoire à l’endroit de l’endommagement. La carnosine, en tant qu’excellent chélateur du cuivre et du zinc (et d’autres métaux), est capable d’éliminer ces métaux lourds du corps. Cela peut indiquer une autre fonction importante de la carnosine dans la prévention et le retard de la progression de la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies dégénératives du cerveau.